Transplantations des cheveux

Cette intervention est effectuée sous anesthésie locale, en ambulatoire. On prélève plusieurs îlots, les « greffons standards » d’un diamètre d’environ 5 mm, à partir de la couronne des cheveux. Selon la surface à traiter, on prélève jusqu’à 120 greffons en une seule séance. La surface de prélèvement est ensuite refermée par suture fine.

On procède ensuite au splitting. Cette étape consiste à diviser les greffons standards en greffons encore plus fins. On obtient alors des mini-greffons comportant chacun 3 à 5 cheveux, et des micro-greffons d’1 à 2 cheveux. Ensuite, on prélève des îlots de peau dans la région chauve. Dans les espaces ainsi créés sont introduits maintenant jusqu’à 1 400 greffons fins (jusqu’à 4 000 follicules capillaires). Grâce à l’excellente circulation du cuir chevelu, les cheveux transplantés s’y implantent sans problème, et sont déjà bien ancrés après quelques jours déjà.

La taille et l’arrangement des greffons isolés déterminent en grande partie le futur résultat. Autant l’expérience que la créativité de l’opérateur jouent un rôle décisif. Dans chaque cas, le but est d’obtenir une croissance de cheveux d’apparence naturelle, en lieu et place de la calvitie.

De quoi faut-il tenir compte avant une transplantation autologue de cheveux?

Dans la mesure où vous jouissez d’une bonne santé, il n’existe aucune contre-indication à la transplantation autologue de cheveux.

Toutefois, une certaine retenue s’impose chez les jeunes patients de moins de 24 ans. En effet, chez eux, le processus de la chute des cheveux peut progresser rapidement. Cela rend difficile aussi bien l’estimation du nombre de greffons nécessaires que la planification du nombre d’opérations totales.

Certaines femmes peuvent être concernées par l’alopécie androgénique. Dans ce cas également, la transplantation autologue des cheveux peut être considérée. Cependant, il faut effectuer un examen médical préalable, afin d’exclure un trouble hormonal sous-jacent.

Méthode